La construction de l’alliance thérapeutique en unités de soin psychiatrique aigu

Le point de vue des équipes infirmières et aides‑soignantes

Programme Hospitalier de Recherche Infirmière et Paramédicale ATIASP

 

L’étude présente s’intègre au projet ATIASP (Alliance Thérapeutique Infirmiers et Aides Soignants Psychiatriques). Elle est centrée sur les soignants eux-mêmes, leur représentation de l’alliance thérapeutique, la manière dont ils la vivent et l’utilisent dans leur pratique professionnelle.

La conclusion principale, qui sera le fil conducteur de notre étude, est que l’alliance thérapeutique est présentée par les professionnels comme le cœur de leur métier, le pivot sur lequel s’articule leur activité de soignant, dirigée vers un but unique, constamment réaffirmé : l’intérêt de leurs patients. Ils rejoignent ainsi ce qui se dit dans la littérature concernant l’alliance thérapeutique en psychothérapie. Antoine Bioy et Maximilien Bachelart,[i] dans un article synthétique et historique notent que, si toutes les méthodes psychothérapeutiques ont prouvé leur efficacité, les études analysant ce phénomène montrent que l’alliance thérapeutique est le facteur principal qui va discriminer les résultats positifs, neutres ou négatifs, plus que la méthode employée. Certes, il s’agit dans cet article de psychothérapie individuelle et non de psychiatrie en institution. Mais les professionnels que nous avons interrogés expriment la même conception pour leur pratique psychiatrique. Cet avis, relativement stable par rapport à l’ancienneté dans le métier, est affirmé à partir de leur pratique, leur ressenti, et non des lectures qu’ils auraient pu faire. En effet, ils citent toujours des faits réels pour argumenter leurs affirmations, et non des auteurs.

La suite de l’étude développe les aspects de l’alliance thérapeutique : sa mise en œuvre, son maintien, les bonnes et les moins bonnes attitudes pour la faire fonctionner, le cadrage et les limites, l’apprentissage et la formation, le rapport avec les équipes et avec l’environnement institutionnel. Ceci, toujours en référence concrète à l’exercice professionnel. A partir du cœur de métier qu’est l’alliance thérapeutique, nous cherchons à définir les caractéristiques de ce métier de soignant en psychiatrie, tel qu’il est décrit par les praticiens. Ceux-ci expriment en effet qu’ils n’ont pas le sentiment d’effectuer seulement un ensemble de tâches, ni d’occuper un poste de travail, mais bien d’exercer un métier.

 

J-M. Morvillers         B. Décoret                  2016 - 2017

 

Tékécharger l'étude au format PDF

 


[i] L’alliance thérapeutique : historique, recherches, et perspectives cliniques, 2010, Perspectives Psy, vol 49, p. 317,326.